Domaines d'applications

L’HYPNOSE, POURQUOI ?



L’état hypnotique est un outil que nous avons tous en nous : le réveiller en séance nous permet d’accéder à notre inconscient, afin d’atteindre nos propres ressources et guérir nos mal- êtres : ceux-ci en effet peuvent nous bloquer et provoquer des échecs, des douleurs, des ruptures... sur notre parcours au quotidien, et ce dans plusieurs domaines : familiaux, professionnels, société ou autres.

Qu'est-ce que la douleur ?
Selon l'OMS, "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable en réponse à une atteinte tissulaire réelle ou potentielle ou décrite en ces termes".

La neurologie
Notre cerveau, cet organe complexe, magnifique, mystérieux... Il stocke, emmagasine, analyse, provoque, réfléchit, anime, ordonne, permet d'être ce que nous sommes. Nous marchons grâce à lui, nous parlons grâce à lui, nous sommes en interaction avec les autres grâce à lui... Nous sommes ce que nous sommes grâce à lui. Et nous avons mal grâce à lui !

Il n'y a pas de douleur avant qu'elle n'arrive au cerveau.

Comment ça fonctionne ?
C'est très simple, qu'elle soit organique ou non, une lésion réelle ou potentielle, la douleur est une information transmise par nos nerfs, nos neurones, et transmise puis traitée au niveau du cerveau. Le cerveau perçoit cette information comme de la douleur.

C'est là que l'hypnose entre en jeu

Quel est l'intérêt de la douleur ?
• Douleur aigüe : elle nous permet de voir que nous avons un problème, et qu'il faut le prendre en compte.
• Douleur chronique : C'est une douleur qui s'installe, semaine après semaine, qui nous gâche la vie, limite les déplacements, mais à part cela ne sert à rien.

Découvrir nos prestations


L'HYPNOSE, UNE SOLUTION ? QUEL JEU ET QUELS ENJEUX ?

L'hypnoanalgésie

Apprenez à utiliser cette capacité naturelle dont dispose notre cerveau pour anesthésier une partie de notre corps quand nous en avons besoin, lorsque nous en avons envie. L'hypnose joue avec les mots, avec les images, les métaphores pour impacter sur nos maux. Comment décririez-vous la douleur dont vous souffrez ? Permettez-vous de changer cette perception. Apprenez à couper le message douloureux, peut-être à l'aide d'un interrupteur, ou ce qui vous convient.


Nous avons TOUS cette capacité, il suffit juste de trouver la méthode qui VOUS convient.


L'hypnose a fait ses preuves sur ce sujet, à ce jour, en France des opérations lourdes sous hypnose sont réalisées (chirurgie à cœur ouvert par exemple).

L’hypnose s'invite à l'hôpital, alors pourquoi dans votre vie ce serait différent ?
Qu'elle soit neuropathique, suite à une opération chirurgicale, un coup, une chute, une lésion ancienne, de la fibromyalgie, cette douleur n'est ni plus ni moins une perception de votre cerveau... alors, apprenez à percevoir dif féremment !
a) Exemple d’un patient parti en transe hypnotique en jouant un match avec Henri Leconte à l’hôpital Trousseau :
L’hypnose s’installe dans les salles d’opération

L’hypnosédation, la combinaison de l’hypnose et de médicaments antidouleur, permet de remplacer l’anesthésie.
PHOTOPQR / La Nouvelle République



Comme l’Institut Curie et Armand-Trousseau à Paris, de plus en plus d’hôpitaux
recourent à ces techniques pour, parfois, éviter l’anesthésie générale. Et ça marche !


Cet adolescent a disputé un match de tennis face à Henri Leconte. Cette petite fille a voltigé dans les manèges de ses rêves. La « salle zen » dans laquelle ils ont vécu cette expérience n’est pas un nouveau complexe de jeu à la mode. Elle se situe au cœur des blocs opératoires de l’hôpital Armand-Trousseau (AP- HP), un établissement parisien de référence pour les soins pédiatriques. Ici, l’hypnose a peu à peu gagné ses galons dans les salles d’opération, régulièrement utilisée pour diminuer le stress des petits patients mais aussi leur éviter une anesthésie locale et même générale !

« Aujourd’hui, un tiers des médecins du service et des infirmières anesthésistes sont formés. Cela a profondément enrichi la relation patient soignant », s’enthousiasme Isabelle Constant, cheffe du service anesthésie- réanimation. Des biopsies, des gastrostomies (ouverture de l’estomac) et des ponctions sont ainsi pratiquées, quand cela est possible, sous hypnose. Car en amenant l’enfant (dès 7 ans) à s’immerger dans une activité imaginaire ou joyeuse, les médecins réduisent non seulement sa peur de l’opération, mais limitent aussi l’utilisation de médicaments. « Sans compter qu’il n’y a plus le problème du réveil. Il remange vite, sort plus rapidement », reprend le professeur Constant.
b) Quels sont les enjeux de l’hypnose en matière de santé ? Eléments de réponse.